CANADA – Michel Chossudovsky, écrivain, professeur émérite d’économie à l’université d’Ottawa, rédacteur au Monde diplomatique dans les années 1990, a pris connaissance d’un rapport confidentiel de Pfizer très compromettant.

Il s’agit de plus de 55 000 documents internes au sujet des effets indésirables des injections anti-covid que la FDA avait demandé à un tribunal de garder secrets pendant 75 ans.

Le 09/05/2022, ce rapport confidentiel a été décrypté par Alexandra Henrion-Caude, généticienne et spécialiste de l’épigénétique et de l’ARN, ex-directrice de recherche à l’Inserm, dans l’émission Ligne droite, dirigée par Clémence Houdiakova sur Radio courtoisie.

En date du 10/03/2022, le patron de Pfizer, Bourla avait révélé que l’ARN messager était une technologie qui n’a jamais livré un seul produit jusqu’à ce jour, ni un vaccin, ni aucun autre médicament. Il explique que c’est une technologie pour laquelle « ils » avaient le moins d’expérience mais qu’il a suivi son instinct pour penser que « les scientifiques » qui proposaient cette technologie savaient ce qu’ils faisaient.

Selon le professeur Chossudovsky, les injections anti-covid auraient dû être retirées en date du 28/02/2021.

Dans cette vidéo ci-dessous, il rappelle que le groupe pharmaceutique américain Pfizer est le plus grand criminel de l’histoire. Il a perdu tellement de procès qu’il est difficile de les compter. Le 2/09/2009, un accord a été finalisé avec la justice américaine au terme duquel Pfizer a accepté de payer une amende de 2,3 milliards de dollars (un peu plus de 1,6 milliard d’euros) pour solder une plainte pour publicité mensongère relative à plusieurs médicaments.

le professeur Chossudovsky demande aux gouvernements de cesser ces injections et de faire une enquête