Karen Kingston, ex-employée américaine chez Pfizer et actuellement analyste pour les industries pharmaceutiques et de matériels médicaux a été interviewée par Stew Peters (voir vidéo plus bas).

Elle nous informe que l’oxyde de graphène est l’un des principaux éléments composant des vaccins ARN. Il s’agit d’un contenu nanométallique toxique qui est magnétotoxique, cytotoxique et génotoxique pour les plantes, les insectes, les oiseaux, les animaux et les humains, toute la vie sur la planète.

Le scientifique Robert Young, biochimiste, microbiologiste et son équipe de scientifiques confirment la présence d’oxyde de graphène dans tous les vaccins anti-covid. Une synthèse de son étude est disponible en français.

Le Dr Astrid Stuckelberger, scientifique à la Faculté de médecine de GENÈVE confirme aussi que les vaccins contiennent de l’oxyde de graphène.

Le bio-statisticien et fondateur de La Quinta Columna, Ricardo Delgado, à publié les résultats d’une étude au microscope éléctronique d’un flacon «anti covid » Pfizer, réalisée par le Dr José Luis Sevillano et l’équipe de l’université d’Almeria. Ceux-ci montrent une quantité impressionnante d’oxyde de Graphène dans ce vaccin. Une retranscription de sa présentaion vidéo est disponible.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo avec Karen Kingston traduite FR (Principaux points et retranscription plus bas)
Pour voir la version originale, cliquez sur ce lien.

Principaux points de discussion

– Tous les « vaccins » COVID-19 sont des armes biologiques.
– Les vaccins COVID-19 contiennent 4 nanoparticules lipidiques PEGylées (PEG = polyéthylène glycol), un lipide de type cholestérol permet aux ingrédients du vaccin d’être transportés par le sang, un phospholipide qui adhère à la membrane cellulaire pour la rendre perméable, un lipide ionisable qui fournit une charge ionique positive pour que l’ARNm puisse entrer dans la cellule et un lipide PEGylé fabriqué par SINOPEG, une société chinoise.
L’ARNm est très instable, il a donc besoin d’une « biosphère » pour le protéger jusqu’à ce qu’il puisse entrer dans la cellule – cette protection est assurée par les nanoparticules lipidiques et l’oxyde de graphène, qui est 4 000 fois plus résistant que le titane, peut supporter des températures de 1 700°F, est un excellent conducteur d’électricité et peut accueillir un champ magnétique.
– L’oxyde de graphène ne figure pas dans les demandes de brevet parce que, d’une part, il est toxique pour l’homme et, d’autre part, parce qu’il est le principal ingrédient de l’hydrogel qui peut être utilisé pour créer une interface cerveau-ordinateur et un système d’administration de médicaments, bien que Kingston note que cela n’est pas possible « avec cette série [de vaccins] » parce qu' »ils ont expédié cette chose » et « ils voient juste combien ils peuvent en mettre dans les gens avant qu’ils… meurent ».
L’oxyde de graphène contenu dans les vaccins est chargé de manière neutre (inactif), mais s’il devient chargé de manière positive, par exemple par des radiations électromagnétiques (radiofréquences, comme les appareils sans fil, réseaux sans fil comme la 5G, etc.), il annihile tout ce avec quoi il entre en contact et peut donc causer de graves dommages et la mort, selon la quantité présente dans le corps et l’endroit où elle se trouve.
– Les multiples « vaccins » COVID-19 et les injections de rappel peuvent augmenter la quantité d’oxyde de graphène dans l’organisme.
L’étude sur le vaccin COVID-19 aurait dû être arrêtée lorsque, au cours d’une étude sur des souris, 80 % d’entre elles sont mortes dans les 24 heures et les autres dans les jours suivants.

Retranscription

Stew Peters (présentateur) : « Nous avons eu de nombreuses discussions polémiques avec les « facts checker » et des chercheurs indépendants qui ont tenté de discréditer les conclusions de chercheurs espagnols, présentées dans le Stew Peter Show, avec le Dr Jane RUBY. Cette vidéo révélait que l’oxyde de graphène, une substance toxique, un poison, a été trouvé en quantité dans le vaccin pfizer. Ces chercheurs espagnols ont ensuite découvert qu’il en est de même pour les vaccins Moderna. L’astrazeneca est en cours d’analyse suite à notre reportage.

USA Today, Lead Story, tous financés par la Cabale, étaient tous contre moi et le Dr Jane Ruby. Et maintenant ils nous traitent de menteurs pour avoir révélé cette découverte au monde, dans une vidéo maintenant vue, je pense 1 million de fois sur Rumble.

Nous avons depuis demandé l’avis de nombreux experts médicaux, de médecins de renommée mondiale comme Dr Jane Ruby, Dr Tenpenny, Dr Judy Micovitz, Dr David Martin ; ils ont tous confirmé ce reportage – mais malgré toutes ces confirmations, les attaques contre notre vérité continuent. Nous voulons donc savoir de quoi il s’agit, si c’était planifié, qui est derrière tout cela, nous voulons savoir quoi croire, c’est pourquoi aujourd’hui, nous allons avoir la confirmation que nous avons besoin. Il est difficile de factchecker des documents, des ingrédients exclusifs officiellement découverts. Il est difficile de factchecker Karen Kingston, une ancienne employée de Pfizer, analyste pour l’industrie pharmaceutique et des appareils médicaux. »

Karen Kingston : « Merci de me donner une plateforme pour partager le résultat de mes recherches et pour répandre la vérité. Vous avez raison, c’est extrêmement difficile de trouver les informations et de les relier entre elles, mais j’ai un éventail unique de compétences par rapport à mon travail dans l’industrie. J’analyse les propriétés électroniques d’un point de vue juridique à la fois pour les médecins, l’industrie pharmaceutique et les consommateurs, et je suis également rédacteur scientifique et je fais des analyses cliniques également. Donc, vous ne pouvez pas vous attendre à ce que tout le monde ait ce niveau d’expertise pour trouver ces informations.

La réalité est que les médias grands publics nous mentent, et que les Big Tech et les médias sociaux bloquent la vérité. C’est pourquoi les gens doivent faire leur propores recherches. Cela viole le premier amendement de notre constitution »

Stew Peters : « Alors, dites-nous est-ce que l’oxyde de graphène est dans ces injections ? »

Karen Kingston : « A 100% OUI ! C’est irréfutable et je vais vous le démontrer. Ce qu’il est vraiment important de savoir, c’est que tous les vaccins ARNm contiennent ce que l’on appelle une nanoparticule de lipide Pegylée (PEG). C’est ce que nous allons expliquer. Si vous regardez le brevet de Moderna, il est écrit qu’il contient une composition de nanoparticules lipidiques, et au fur et à mesure que vous parcourez le document ça parle spécifiquement de divers ingrédients et formulations Pegylée qui ont des codes alpha numériques. Vous pouvez également les trouver dans le dossier de dépôt à la FDA, avec l’IND (Investigational New Drug) dans les essais de phase 3 de Pfizer et Moderna. Vous pouvez également les trouver à travers le formulaire de dépôt de l’EPA (Environnemental Protection Agency).

Alors voici la chose la plus importante avec le brevet que j’ai lu. Il y a 193 pages, plus les pièces jointes. J’ai lu le brevet pour vérifier l’oxyde de graphène. Il n’est pas listé dans le brevet, parce que c’est un secret commercial. Vous souvenez-vous de Bill Gates qui disait qu’il y avait un secret commercial ? Les secrets commerciaux ne sont pas destinés à être divulgués au public. Ils ne peuvent donc pas être dans le brevet. Donc l’oxyde de graphène n’est pas dans le brevet. Tout est listé sauf ça, mais je vais vous montrer la preuve que ceci contient de l’oxyde de graphène dans le brevet déposé en Chine.

Stew Peters : « Laissez-moi juste vous demander : pourquoi auraient-ils mis tous les autres ingrédients dans le brevet à l’exception du graphène ? »

Karen Kingston : « Je dirais que la première raison est que c’est un poison pour les humains et qu’ils le savent. L’autre raison est que c’est l’ingrédient principal de l’hydrogel, qui est le liquide. C’est le modèle IA (intelligence artificielle) qui est utilisé comme les recherches d’Elon Musc et Bill Gates, en ce qui concerne une interface entre l’humain et l’Internet.

Stew Peters : « Donc il existe une théorie légitime que ces injections sont en fait conçues pour créer une sorte de connexion entre les humains, la 5G ou quoi que ce soit pour contrôler vos pensées et votre mémoire. Ce sont des possibilités réalistes et plausibles ? »

Karen Kingston : « Ce n’est pas juste possible, c’est en cours. ils sont en train de le tester. Ils se précipitent pour sortir ce truc, ils essaient de voir combien ils peuvent en injecter aux gens avant qu’ils ne meurent.

Stew Peters : « Donc c’est une étude en temps réel qui recherche le dosage pour ceux qui meurent, ou qui ont de multiples blessures, SEP, Guillain Barré, tremblements, magnétisme …? »

Karen Kingston : « rappelez-vous que nous sommes censés avoir des rappels tous les 6 mois, donc nous aurons des shoot de graphènes tous les 6 mois pour voir comment nous pouvons l’intégrer dans notre système. On va voir ça parce que quand vous voyez les nations qui sont injectées, nous (USA) sommes des cobayes de cette technologie, je pense qu’il y aura un deuxième plan.
Je ne suis pas vraiment à l’aise pour vous parler de ce genre de choses parce que je n’aime pas donner mon avis, je fais des hypothèses ; je préfère en rester aux données.

Donc si vous regardez les informations dans le domaine de la technologie de la chimie, il y a des journaux d’articles de recherches non révisés par des Pairs que nous appelons RAAG (Ressource Available After Graduation) dans le secteur, toutes les industries en ont.
Ce sont en fait les gros bonnets de l’industrie, les acteurs principaux, et ils se vantent de ce qu’ils font. Or cet article parle des nanoparticules (ajout de PEG) qui sont dans tous les vaccins covid. Il y a 4 lipides, je vais les passer en revue.

Le premier est le cholestérol, un corps gras qui circule à travers le sang.

Ensuite il y a un phospholipide qui est là pour les membranes cellulaires, cela permet la perméabilité pour entrer dans les membranes cellulaires.

Il y a un lipide ionisable ce qui donne une charge ionique positive, pour faciliter la pénétration de l’ARNm dans la cellule.

Enfin les lipides Pegylés.

La raison pour laquelle ils ont créé ça est que l’ARNm est très instable qu’il soit synthétique ou zoonique, donc qui provient d’un animal ou d’un humain. C’est très instable.

Une température de 80°F (27°C) le détruit, la lumière du soleil le détruit, si vous respirez dessus il meurt, les chercheurs disent tout cela, il arrive rarement à franchir la zone isotherme d’un individu sain, votre salive le détruit, il ne peut pas survivre par lui-même.

Donc, il avait besoin de cette biosphère qu’ils ont créée. C’est pour cela que nous avons ces quatre lipides et c’est là qu’ils ont mis l’oxyde de graphène. Alors, ce qui est intéressant avec l’oxyde de graphène, c’est qu’il est 4 fois plus résistant que le Titanium et peut résister à une température de 1700 degrés.

Donc on a ce virus très instable et ils l’ont rendu indestructible.

Donc le lipide Pegylé, si vous regardez à « PEG », il a été fabriqué par une entreprise qui s’appelle SinoPeg, localisée en Chine.
Maintenant, quand l’ai-je découvert ?

Eh bien si vous regardez le dossier pfizer pour l’Union Européenne à l’EUA (Emergency News Autorisation), ils listent les quatre lipides. Chacun d’entre eux contenant quatre lipides. Et il y a Moderna et Moderna les a appelés, ça s’appelle la fiche de données de sécurité MSDS. C’est ce qu’ils utilisent en tant que produits industriels. Il y a un numéro CASUSM-102 de Moderna – et ensuite si vous allez au dossier de Pfizer pour le Royaume Uni, les numéros des deux lipides sont là : A LC 0315 et ALC 0159.

Donc, quand j’ai cherché sur Google : MSDS CAS, (ne me demandez pas comment je connais toutes ces informations), quand j’ai mis certains de ces numéros, j’ai trouvé SinoPeg. Or je n’ai pas trouvé SinoPeg en cherchant SinoPeg sur Google. Alors j’ai simplement mis le numéro MSDS. Et si vous allez sur le site internet, vous verrez des centaines de noms alphanumériques de ces liquides. Et vous verrez un onglet sur les excipients pour le vaccin Covid 19. Et l’on voit : polyéthylène glycol 2000. Ici, vous verrez, c’est ALC 0159 et cette entreprise est basée en Chine !

Et puis, si vous prenez le brevet Moderna, il y est répertorié tous les différents polyéthylènes : alcool 200PEG, PEG 2000 et vous les trouverez dans l’onglet : excipients pour le Covid 19 de SinoPeg. Donc, c’est juste là : c’est fabriqué en Chine.

Il y a d’autres vaccins ARNm qui ne sont pas vendus au USA, vous pouvez également trouver leurs excipients avec le numéro CAS que vous chercherez dans la fiche de données de sécurité MSDS.

Donc, si vous voulez savoir ce qu’est le graphène, ce qu’ils expliquent sur le site SinoPeg que c’est du polyéthylène Glycol (PEG) structuré en noyau enveloppe pour le polymère diélectrique de stockage d’énergie. Il combine des performances mécaniques et diélectriques.

Ce que cela veut dire, c’est que le graphène est un conducteur – peut-être un conducteur d’électricité ? Si le graphène produit une charge positive (c’est dans quelques unes des études du NIH, Moderna, etc.), cela annihile tout ce qui entre en contact avec lui . Pour le moment, il ne produit pas de charge, il est neutre.

Comment une charge positive entre-t-elle dans vos cellules ? C’est par le biais d’autres lipides,  le lipide ionisale qui lui a une charge positive pour la pénétration cellulaire, mais ce n’est pas le cas actuellement, il est neutre. Mais s’il y a un champ électromagnétique qui active les charges positives, potentiellement, il y aura des dégâts et probablement des morts, selon où ces nanoparticules vont se retrouver dans le corps des gens et de combien d’entre eux feront ces vaccins.

Stew Peters : « Il est évident pour moi qu’ils mentent au monde entier. Ils essaient de cacher cela, c’est l’ingrédient secret, LEAD Story, USA today, toutes ces publications qui fact-checkent, cela fait apparaître pour moi qu’ils sont au courant. Nous verrons qui est impliqué dans tout ça, dans une minute, car je vais vous le demander, mais… pourquoi utilisent-ils cela ? Pourquoi l’oxyde de graphène, une substance toxique ? Pourquoi l’utilisent-ils ?

Karen Kingston : « Parce que c’est un formidable conducteur d’électricité ! Et il peut accueillir un champ magnétique, donc il peut littéralement se connecter à Internet.

Stew Peters : « OK, je veux simplement m’assurer que c’était clair, parce que je sais que vous n’êtes pas à l’aise pour donner votre avis. Je voulais juste être sûr que c’est ce qu’il peut faire dans les faits.

Karen Kingston : « Oui, je n’ai pas eu l’occasion, mais je pourrais probablement aller sur des publications techniques sur l’Intelligence Artificielle et trouver plus d’informations sur : comment l’oxyde de graphène est un problème.

Stew Peters : « La conclusion est que c’est un poison ! Ça annihile tout ce qui entre en contact avec lui s’il a une charge positive. C’est toxique pour les humains, ça ne devrait pas être là-dedans et ça l’est ! C’est ce dont j’avais besoin de savoir.  Qui est derrière ça ?

Karen Kingston : « Une société qui s’appelle Shangai Nanotechnologies a déposé un brevet pour l’oxyde de graphène en vue de son utilisation dans les excipients du Covid 19. C’est une réunion qu’ils ont eu à leur siège et il semble qu’il y avait Tal Zachs, le directeur du département technologique de Moderna, et si vous allez sur le site de l’OMS, il y a une page où ils expliquent comment le monde entier doit travailler ensemble sur ces vaccins Covid 19. C’était l’an dernier !

On y trouve les suspects habituels, comme Peter Daszak, d’autres noms de Moderna et plusieurs acteurs du NIH et NIAID. Il y a un grand groupe de milliardaires et de millionnaires très coordonnés pour le développement et l’exécution de ces produits.

Stew Peters : « Donc comme vous parlez et confirmez cela, pourquoi quand il s’agit de donner votre opinion, dites-moi si vous ne vous sentez pas de le faire, si pour des gens comme le Président Trump, Ron do Santis, Sean Hamity, quel est leur intérêt là-dedans ? Comment ne peuvent-ils pas être au courant de cela ?

Karen Kingston : « Non, impossible qu’ils puissent savoir ce genre de choses ! Désolée ! Quand j’ai découvert ces informations, je ne savais pas qu’une femme puisse pleurer autant que j’ai pleuré.
Donc, j’ai envoyé un mail le 26 mai à une trentaine de destinataires en résumant, en disant qu’il s’agissait d’armes biologiques, j’ai même parlé, je ne veux pas paraître désespérée, à America’s Frontline Doctors, et après leur avoir parlé, certains docteurs ont continué de dire que si vous avez moins de 30 ans, vous devriez vous faire vacciner. Je les ai appelés pour leur dire : « Mais que faites-vous ?… Ce sont des armes biologiques !!! On ne peut pas dire ça !!! »

La dissonance cognitive face à la perversion et au caractère diabolique de ces injections fait qu’il est très difficile pour les gens de comprendre, et il faut aussi réaliser que pendant ces 18 mois où ces vaccins ont été développés, quiconque disait : eh, ce virus n’est pas si grave ! se faisait moquer de lui, ridiculiser, marginaliser.

Des médecins se sont vus menacés de se faire retirer leur licence, pour que la vérité ne puisse pas sortir. Quiconque s’interrogeait sur la rapidité de la mise sur le marché de ces vaccins, sur leur nécessité en ayant même les documents de la FDA sur lesquels s’appuyer en disant « On ne pense pas que les moins de 18 ans devraient se faire injecter » ou qui s’inquiétait sur la transcription virale.

Si vous montriez cela comme ce qu’on fait maintenant, personne, avec une conscience n’aurait dû approuver cela, mais il y a un tel lavage de cerveau, un tel contrôle sur ce que les Big Tech veulent que nous sachions comme étant la vérité et qui est un ramassis de mensonges. Il est très difficile quand quelqu’un dit : « voici ce qui se passe réellement » d’être cru.

En comparaison si votre conjoint vous trompe, vos amis peuvent vous dire qu’il vous trompe, qu’il y a des tonnes de preuves, vous n’allez pas y croire ! Là, tous vos conseillers de confiance vous ont dit que ce truc était sûr. Tous les médias vous disent que c’est sûr, mais si quelqu’un arrive et vous dit : « Non ! C’est mortel ! C’est un génocide planifié ! » C’est impossible d’y croire ! Vous comprenez ? Est-ce que cela fait du sens ?

Stew Peters : « Oui vous savez, j’ai beaucoup de mal avec cela, je suis humain, en sachant que des gens ont sciemment choisi de se soumettre à cette inoculation, en sachant comme il est difficile d’avoir une conversation avec quelqu’un … en faisant ce que je fais, en échangeant des tonnes d’informations chaque jour, j’essaye de déterminer ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas, ce qui est de la désinformation, ce qu’il manque, qui est l’Etat Profond, qui est l’opposition contrôlée,  qui essaye par tous les moyens de nous embrouiller. Je veux dire que c’est réel, cela ressemble à une sorte de film de science fiction dans lequel nous sommes.

J’essaie juste de digérer tout que vous dites. Je pense aux gens des médias, je pense aux gens qui ne réalisent pas qu’il y a des milliards de vies en jeu.
Ou peut-être que si, ce qui est encore pire, parce qu’ils sont complices de tout cela et aussi je pense à tous ceux qui vont demander l’obligation vaccinale. Ce matin, j’ai reçu un e-mail d’une maman très inquiète d’une jeune fille qui va partir étudier dans une université chrétienne en Caroline du Nord et le vaccin sera obligatoire pour elle. Une jeune fille de 18 ans avec toute sa vie devant elle. C’est juste une histoire parmi les milliers d’histoire comme cela se passe dans notre pays. Ce que nous sommes en train de faire à nos jeunes en les empoisonnant …j’ai reçu une quarantaine d’e-mails depuis 48h provenant d’infirmières, des docteurs, qui travaillent dans ces structures et hopitaux dans lesquels ces injections vont être obligatoires et ils ne veulent pas le faire. Ils ont besoin d’aide. Et le département de la justice est en train de dire à tout le monde qu’ils peuvent le faire, que les gouverneurs peuvent la rendre oligatoire, que les entreprises peuvent la rendre obligatoire …

Karen Kingston : « A propos du DOG, juste parce que si quelqu’un dit quelque chose et surtout cette administration, cela ne veut pas dire que c’est vrai. Le DOG veut dire : « nous recommandons que cela soit obligatoire » … vous savez c’est un mémo écrit par Dan Janssen qui est procureur adjoint par intérim à la présidence et elle dit, sous le code de titre 21 section 564, que les sociétés privées et les gouvernements locaux peuvent rendre la vaccination obligatoire sous une autorisation d’urgence. Son interprétation est irréfléchie et n’a aucune valeur. C’est juste une opinion. Ce n’est pas exécutoire. Point. Et vous savez, et par dessus tout, ce qui se passe avec ces injections, non seulement avec toute la campagne, la propagande, une tomme de mensonges pour terrifier les gens pour qu’ils se fassent injecter, ce qui est une violation des droits humains en elle-même et en plus de cela, elle n’a pas mentionné le code de titre numéro  21 dans son mémo et c’est de cela qu’il relève car en fait il viole 4 autres sections de ce code de titre en rapport avec la sécurité des médicaments et des vaccins.

Il y a sous la section 62, étiquetage faux et trompeur parce que cette chose n’est pas un vaccin. Il n’y a aucun bénéfice pour votre santé quand vous vous faites injecter. La seule chose que ça peut faire c’est empoisonner, blesser, tuer ! Donc c’est de létiquetage faux et trompeur. On ne vous dit pas qu’il contient du graphène. Médicament et dispositif frelaté, cela viole également la section 61, la section 312-23 concernant la procédure d’un nouveau médicament. Donc quand vous êtes sous enquête INB, vous devez prouver la sécurité sur les animaux avant que vous ne passiez aux humains. Et sous enquête IND, il est dit que si il y a une transmission virale, si il y a un risque pour les gens en âge de procréer, vous devez arrêter les essais cliniques. Nous savons qu’il y a une transmission virale, nous savons qu’il y a un risque pour les gens en âge de procréer et la FDA n’en parle pas. Et avec la thérapie de protéine virale en traitement oncologique, cela montre que la transmission virale est un vrai problème et que l’on a besoin de faire des études sur des animaux d’abord pour ensuite passer à l’étude de phase 1 avec des humains. Et s’il y a transmission virale, vous devez mettre en place des mesures de contrôle pour ne pas infecter les non injectés. Ce qui est en train de se passer actuellement, ils violent également la section 312-42 qui est les suspensions cliniques et les demandes de modification. Donc en disant cela, tout ce que j’ai pu dire jusqu’à présent, vous devez arrêtez les essais cliniques !

Stew Peters : « Les essais cliniques ont été arrêtés quand 25 personnes sont mortes … »

Karen Kingston : « Ils étaient supposés arrêter les essais car ils ont fait les études sur les souris et toutes les souris, 80% des souris sont mortes en 24h et le reste à la fin de la semaine.

Stew Peters : « C’est la conclusion, il n’y a aucun seuil limite. Ils se fichent complètement de combien de personnes vont mourir et ils continueront, n’est-ce-pas ? »

Karen Kingston : « Jusqu’à ce que les américains parlent tout haut et disent : « Cela suffit, arrêtez cela », ils continueront de nous pousser jusqu’à ce qu’ils finissent par effacer l’Amérique. Et ils en sont après les enfants, c’est pour cela que c’est décourageant. Il n’y aura plus de postérité. Si les gens en aĝe de procréer deviennent infertiles et les enfants sont les plus à risque d’avoir des effets secondaires graves incluant la mort suite à ces injections. Regardez juste le nombre de myocardites. Quand on voit les 125 cas rapportés qui représentent tout juste 10% à qui on prend la vie …