Le 23/01/2022, Vera Sharav, rescapée de l’holocauste, a fait le voyage de New-York vers Bruxelles dans le cadre d’une conférence de presse organisée par Children Health Defense d’Europe. Née en Roumanie durant la 2ème guerre mondiale, elle a vécu et a été témoin des persécutions des juifs. Elle témoigne des similitudes entre ce passé sombre et ce qui se passe actuellement dans le monde.

Cliquez sur l’image pour voir son intervention ( ou lire la retranscription plus bas)

Retranscription

« Je m’adresse à tous ceux qui me prêteraient leur oreille. Certains reconnaissent que l’histoire est très apparentée à ce qui se passe aujourd’hui et qu’à bien des égards, c’est un parallèle et une répétition.

D’autres qui ont essayé d’aborder ce sujet au grand jour sont vilipendés et rapidement traités de néonazis. Eh bien, je suis consternée par cela et c’est pourquoi, je me déplace partout pour en parler et en parler en public. Car, malheureusement, il y a vraiment…, vraiment des parallèles très similaires.

Le fait est que l’holocauste n’aurait pas eu lieu si les gens avaient parlé et rejeté ce qui se passait. Ce n’était pas seulement la prise de pouvoir militaire, c’était l’apathie des gens qui était la cause de l’holocauste. Et j’essaie de faire en sorte que cela ne se reproduise pas.

Parce que dire simplement: « Plus jamais ça » ne veut pas dire grand-chose si vous réduisez au silence ceux qui essayent d’empêcher que cela ne se produise.

Alors, je vais vous donner quelques exemples de parallèles très dérangeant.

L’un des principaux parallèles est extrêmement troublant et j’avais l’habitude de dire que ce qui rendait l’holocauste unique par rapport aux autres génocides, c’était la collaboration totale du corps médical.

Et ce qui se passe maintenant est plutôt poussé et aidé par le corps médical complice.

Dans l’Allemagne nazie, les premières victimes de meurtres médicaux étaient des nourrissons et des enfants allemands, un millier d’entre eux, ils ont été assassinés médicalement dans les hôpitaux. Ce programme T4 s’est étendu aux handicapés de tous âges et finalement aux résidents des maisons de retraite.

En 2020, les gouvernements les plus riches du monde, l’Europe occidentale, les Etats-Unis, le Canada, l’Australie ont essentiellement assassinés médicalement les résidents des maisons de retraite. Les nazis les appelaient « les mangeurs sans valeur ». En Suède, ils ont appelé cela l’euthanasie active. Le Royaume-Uni a copieusement commandé un médicament. Ils ont prescrit à des doses très élevées le midazolam pour les tuer médicalement et ils stockent toujours ce médicament.

Donc, vous devez vous demander: « Où allons-nous ? », « Où allons-nous ? »

Je viens de lire que si même certaines restrictions sont levées dans certains pays, dans le même temps la F.D.A. et le C.D.C recommandent les injections de rappel pour les enfants. Sur quelles bases ? Dans quel but ?

Les injections, et je ne les appelle pas des vaccins parce qu’il s’agit en fait de thérapie de transfert de gènes, des thérapies expérimentales de transfert de gènes, elles étaient censées prévenir l’infection, prévenir la mort et prévenir la transmission de l’infection.

Eh bien, ils reconnaissent maintenant, les preuves sont irréfutables en Israël, aux Etats-Unis, au Royaume-Unis, à l’E.M.A. (European Medicines Agency) que les injections ne fonctionnent pas. Elles ne font pas ce qu’ils ont promis qu’elles feraient.

Ma question est donc la suivante : « Si ces injections ne préviennent pas l’infection ou la transmission, pourquoi alors les vaccinés sont-ils spéciaux ? »

Ils ont toute sorte de libertés que le gouvernement leur accorde de temps en temps. Ils doivent toujours porter des masques.

Mais les non vaccinés sont vilipendés comme l’étaient les juifs dans les années 1930 et 1940, quelle est la différence ?

Juste le fait que les vaccinés soient obéissants. Et c’est ce que je pense. Vous devez vraiment y réfléchir clairement. Etre obéissant signifie: être emmené à l’abattoir. Ils n’auront pas besoin de chambres à gaz cette fois-ci.

La technologie est bien plus sophistiquée et plus dangereuse en fait car ils peuvent tout faire à distance sans que les gens ne sachent exactement ce qui se passe.

Alors, je dis: « S’il vous plaît, réveillez-vous et réveillez vos voisins. Ne laissez pas cela se reproduire. »

Tout comme la censure sur n’importe quel sujet, s’il y a de la censure, alors vous savez que le sujet est très important, qu’il a beaucoup de sens et qu’ils ne veulent pas que vous ouvriez la boîte de pandore. Et c’est ce qu’il s’est passé avec l’holocauste. Je sais que c’est particulièrement le cas en Allemagne mais aux USA, les institutions y compris les institutions juives qui sont dirigées par … c’est le problème, nous ne savons pas vraiment qui sont les financiers et ce qu’ils ont fait, c’est qu’ils ont sorti l’holocauste de la perspective historique.  Ils l’ont mis dans une boîte qu’ils sortent une fois par an. Et c’est le 27 janvier … le mémorial, et le rendent intouchable.

C’est un crime qui est une manière intéressée de cacher des informations qu’ils ne veulent pas que le public sache. Pourquoi ?

Parce qu’alors vous reconnaîtrez tous les parallèles que je reconnais et que d’autres survivants de l’holocauste reconnaissent également. Certains des plus importants porte-parole de l’holocauste qui étaient survivants d’Auschwitz ont dit comme Elie Wiesel, lauréat du prix nobel, « le pire crime était le silence ».

Et quand on lui a demandé si cela pouvait se reproduire … Récemment un journaliste polonais survivant d’Auschwitz a répondu : « oui cela peut se reproduire si vous éliminez les droits civils et ne protégez pas les minorités alors cela peut se reproduire. »

Et initialement, juste après la guerre, Primo Levie, chimiste et auteur italien, a dit immédiatement, cela s’est produit. Donc cela peut se reproduire et se reproduire partout. C’est ce à quoi ils ne veulent pas que vous pensiez, que oui cela peut se reproduire. Et je fais de mon mieux pour alerter les gens, c’est ma seule arme, l’information, l’alerte. »

Journaliste : « Vera, il y a beaucoup de gens qui sont témoins de ce qui se passe en ce moment et vous entendez le silence, bien sûr. Quels sont les faits indiscutables qui vous indiquent que quelque chose se passe car il y a beaucoup de gens qui ne croient pas qu’il se passe quelque chose de grave. Quels sont les signes indiscutables qui vous permettent de dire que ça recommence? »

Vera : « Je peux vous dire une chose qui a vraiment secoué les survivants, en voyant les vidéos de la police en uniforme noir dans les villes occidentales et même en Israël qui attaquent brutalement les manifestants. C’était des femmes qui étaient battues, traînées dans la rue, en Italie aussi. A Bruxelles, nous avons vu cela aussi.

En Allemagne et en Israël et aussi en Australie où ils vont très loin, ils ont déjà des camps de concentration où ils envoient des indigènes qui ne représentent aucune une menace concernant le covid. Cela ressemble essentiellement à une prise de contrôle de leurs ressources mais ils utilisent le covid, ce virus.

Le vrai virus qui infecte ceux qui manipulent tout ce scénario, c’est le virus de l’eugénisme. Il n’a jamais disparu. Ceux à quoi nous avons réellement à faire , ce sont les héritiers des nazis. Ils ont la même mentalité.

Les eugénistes pensent qu’ils sont supérieurs et que tous les autres sont une sous-classe. Les allemands avaient l’habitude de les appeler « untermenschen » et les supérieurs sont les « übermenschen ». Cette mentalité n’a pas disparu et nous la voyons se manifester »

Uwe Alschner : « Merci beaucoup Vera. Je vous encourage d’écouter le discours de Marian Turski du 27/01/2020 à Auschwitz.