Article publié en JUIN 2021 en première page du « The Irish Light Journal » par la journaliste d’investigation GEMMA O’DOHERTY ( Vidéo et extrait du journal plus bas)
Mis en ligne sur le site « Les Belges se réveillent » le 8 janvier 2022.

Traduction

« Le bilan dévastateur des vaccins Covid s’alourdit dans toute l’Irlande, alors que les services d’urgence des hôpitaux sont témoins de blessures à grande échelle et que de nouveaux dénonciateurs de la santé commencent à apparaître.

Après une accalmie en 2020, le plus grand syndicat d’infirmières du pays, l’INMO, a admis que la surpopulation hospitalière est actuellement la pire depuis le début de la soi-disant « pandémie ».

Alors que le gouvernement, le HSE et les médias luttent pour garder un œil sur les récits horribles de morts subites, de coagulation du sang, d’accidents vasculaires cérébraux, de crises cardiaques, de paralysies, de lésions oculaires et de convulsions provoquées par les injections expérimentales de modification génétique, des preuves de décès et de blessures se répandent dans tout le pays et convainquent de nombreux Irlandais à rejeter le vaccin.

Les efforts des autorités de l’État pour faire taire les familles des victimes, les victimes et les travailleurs de la santé sont également mis en lumière.

Les médecins et les travailleurs de la santé qui tentent de s’exprimer sur les risques du vaccin disent qu’ils sont menacés, rétrogradés et qu’on leur dit se taire ou de prendre un congé. On leur demande également de ne pas travailler s’ils n’ont pas reçu le vaccin.

Un consultant de l’hôpital privé, Vincent, à Dublin a été mis en congé et soumis à une évaluation psychologique après avoir remis en question le déploiement du vaccin.

L’HPRA (Autorité de régulation des produits de santé) qui est responsable de la sécurité des vaccins en Irlande, a reconnu plus de 8000 rapports de blessures et 56 décès dans le pays jusqu’à présent. Toutefois, ces chiffres seraient largement sous-estimés par rapport au nombre actuel de décès dans l’UE, qui s’élève à plus de 14 000 personnes et à plus d’un million de blessures.

Ce sont les chiffres officiels de l’EMA (Agence européenne des médicaments). Le nombre réel de décès dus aux vaccins en Europe serait beaucoup plus élevé. Plusieurs médecins en Irlande sont morts récemment, quelques semaines seulement après avoir pris le vaccin. Un chirurgien réputé et en bonne santé est décédé peu après sa deuxième dose. Quelques jours plus tôt, il avait dirigé une clinique très active dans son grand hôpital. Un autre médecin s’est effondré après l’injection et a déclaré qu’il savait que le vaccin en était la cause et qu’il regrettait de l’avoir pris.

De nombreux autres travailleurs de la santé, du personnel de première ligne et du commerce de détail qui disent être contraints à le prendre sont maintenant en congé de maladie. L’hôpital Beaumont – le principal centre neurologique du pays – a vu grandir la dissidence et la colère du personnel qui ne veut pas accepter le vaccin mais qui dit être mis sous pression par la direction.

Dans un grand supermarché de Dublin, une douzaine d’employés n’ont pas pu se présenter au travail, plusieurs d’entre eux affirmant que le vaccin les avait rendus malades. Il y a aussi des rapports croissants de fausses couches parmi les femmes enceintes. Dans un cas, une jeune médecin a perdu l’un de ses jumeaux à naître.

Les vaccins ont été autorisés pour l’utilisation d’urgence par l’EMA, dirigée par Emer Cooke, pharmacien de Dublin, même s’ils ne préviennent pas la transmission du virus CoV2 COVID-19 du SRAS.

Les essais de Pfizer ne seront pas terminés avant janvier 2023. La même entreprise a un casier judiciaire notoire et a été contrainte à payer la plus grosse amende de l’histoire (2,3 milliards de dollars) pour avoir menti sur ses médicaments et soudoyé des médecins pour les promouvoir.

Mme Cooke est l’un des nombreux orchestrateurs irlandais du déploiement mondial des vaccins. Son avenir est en jeu alors que les procès de type Nuremberg pour les personnes impliquées dans ce crime contre l’humanité deviennent chaque jour plus probables.

« Rien de tel n’est jamais arrivé en Irlande. C’est absolument horrible », a déclaré un membre du personnel du HSE. « Nous sommes témoins d’un génocide. C’est clair comme de l’eau de roche. Le nombre de blessures apparaissant et de personnes mourant des jours et des semaines après le vaccin est horrible. Et les autorités ferment les yeux. Ils sont tous dans le coup. Les médecins, les infirmières, le personnel ambulancier. Ils restent silencieux. Ils ne pourront jamais dire qu’ils ne savaient pas. Ils savent exactement ce qu’ils font. Un jour, ils iront tous en prison pour meurtre de masse. Même les nazis seraient décontenancés par ce niveau de malveillance. »