25/02/2022 – Publication d’une étude suédoise du Département des sciences cliniques
« Transcription inverse intracellulaire de l’ARNm du vaccin Pfizer BioNTech COVID-19 BNT162b2 in vitro dans une lignée de cellules hépatiques humaines » dans la revue scientifique internationale Current Issues in Molecular Biology

Depuis plus d’un an, les « experts de la santé et vérificateurs de faits des médias mainstream » nous disent que les vaccins à ARNm, dont Pfizer et Moderna, ne s’intègrent pas dans l’ADN cellulaire humain et ne le modifient pas.

Cette étude montre que « les experts de la santé et les vérificateurs de faits » avaient tort !

En effet, elle met en évidence :
– que l’ARNm du « vaccin Covid-19 » de Pfizer-BioNTech est capable d’entrer dans les cellules hépatiques humaines Huh7 (du foie)
– la transcription inverse intracellulaire de l’ARNm en ADN.

Plus d’explications sur le site d’Anguille Sous Roche.

L’Agence Européenne du Médicament, dans son document « Risk Management Plan » du 25 novembre 2021 (page 35), souligne qu’ « aucune étude de pharmacologie de sécurité, de génotoxicité et de cancérogénicité n’a été réalisée, conformément à la directive de l’OMS sur les vaccins de 2005. « 

Pourquoi de telles études n’ont-elles pas été faites avant d’autoriser les vaccinations de masse ? Quels sont les risques de malformations dans la descendance des « vaccinés » homme et femmes ?